Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

En 1978, le NHC devient HCN

En 1967,  la section hockey du NEC (Nantes Etudiants Club) voit le jour puis fusionne en 1971 avec le NHC dont la nouvelle entité conserve le nom jusqu'en 1978 où naît le Hockey Club de Nantes (HCN) sous sa forme actuelle. Le premier bureau est alors constitué de Loïc COTTINEAU, Yves GELLUSSEAU (premier président) et Alain TETARD (futur président et toujours membre du comité directeur).

Le HCN évolue alors sur plusieurs sites : Le Petit Port dont le vieux gazon donne des signes de lassitude, un terrain stabilisé situé route de Vannes et appartenant à la Caisse d'Épargne dont l'écureuil économe orne les maillots de l'époque (#collector). Il est aujourd'hui sous le parking de ladite banque. Enfin, la Plaine de jeu de la Mainguais sur les terres du voisin carquefolien où un gazon rutilant et très peu utilisé du fait de son éloignement fait le bonheur des équipes seniors pour leurs matchs uniquement.

Le club compte à l'époque une section féminine qui disparaîtra à la fin des années 1980 pour ne renaître qu'à l'orée des années 2000.

Les années 90 voient l'avènement progressif des terrains synthétiques un peu partout dans l'hexagone. Malheureusement le hockey nantais est à la traîne, faute de parvenir à disposer de cet outil malgré de très nombreux projets qui capotent tous par manque de volonté politique.

Le club est loin d'être le leader régional qu'il est devenu aujourd'hui. Laval alors en N1A et la Baumette d'Angers (N1B) sont les porte-drapeaux du hockey dans les Pays de Loire.

Si l'équipe senior du HCN parvient à maintenir son niveau oscillant entre la N2 et la N1B, l'école de hockey décline petit à petit atteignant des niveaux alarmants jusqu'en 1998 où sous la présidence de Jacques David vont naître de nouvelles ambitions.

La renaissance à l'aube des années 2000

Parmi les premiers clubs français à mettre à profit le dispositif Emploi Jeunes qui permet de bénéficier d''un salarié à temps plein pendant 5 ans quasiment gratuitement (80% état, 10% mairie, 10% club), le HCN intègre un jeune éducateur sportif issu du ballon rond et de l'animation départementale en la personne de Sullivan Lefeuvre. L'objectif est clair : redynamiser le club et mettre à profit ces 5 années pour pérenniser cet emploi salarié. Des liens sont noués avec plusieurs écoles de Nantes pour y faire du développement. Notamment celle de la Perverie qui va rapidement constituer le vivier du club et devenir le lieu de la future section sportive départementale qui permet aux collégiens de bénéficier d'un horaire aménagé avec 6 heures de hockey hebdomadaire.

Pour cela, il aura fallu parvenir enfin à obtenir l'outil indispensable à ce développement que constitue un terrain synthétique. Ce sera chose faite en mars 2002 après 20 ans de patience, d'incompréhensions mutuelles et moult rebondissements qui iront jusqu'à une manifestation (400 personnes selon les organisateurs, 50 selon la police !) sous les fenêtres de la Mairie le tout sous l'objectif des caméras des télés locales.

Le HC Nantes s'installe donc à la Plaine de jeux de la Colinière à l'Est de Nantes.

Les résultats ne se font pas attendre et rapidement les équipes de jeunes du club vont se distinguer au niveau national raflant de nombreux titres (notamment en hockey en salle) et plaçant le HCN au niveau des meilleurs clubs formateurs de l'hexagone.

Les seniors garçons s'installent durablement au second niveau national (N1) effectuant même quelques saisons au plus haut niveau sans toutefois parvenir à s'y maintenir. Les dames étaient remontées en Élite gazon en 2010 et sont aujourd'hui en N1 après avoir vu partir une génération exceptionnelle.

De nombreux jeunes Nantais et Nantaises ont eu l'opportunité d'évoluer dans les collectifs nationaux tant chez les jeunes que chez les seniors : Claire Sansonetti, Perrine et Cécile Roger, Marie Simon, Thibaud de Brosses, Edouard Delobelle, …